Influence Hypnotique

L’hypnose conversationnelle pour les NULS

Ahhh ! Si je pouvais écrire un nouveau livre, j’écrirais “L’hypnose conversationnelle pour les NULS” !

L’hypnose est un sujet passionnant : l’hypnose conversationnelle, qui est l’art d’utiliser des suggestions dans une conversation pour influencer, c’est… le GRAAL !

Enfin, pour moi, hein. Oui je sais, je suis… bizarre comme mec.

Bref ! Pour être franc avec toi, cet article est un extrait d’un petit e-book spécialement écrit pour les membres de ma newsletter (tu peux nous rejoindre en t’inscrivant ici)

Dans cet e-book, j’utilise une métaphore : celle du NINJA ! Pourquoi ?

Eh bien, parce que le NINJA est un fin stratège !

L’une de leurs plus grandes spécialités était de s’introduire de nuit dans les châteaux et camps militaires et d’allumer un incendie…

En général, ils se déguisaient pour porter la même tenue que leurs victimes afin de semer la confusion…

Ils devenaient l’autre… un autre inoffensif.

Comment peut-on craindre autrui lorsque

celui-ci nous ressemble ?

Enfile le même habit que ton interlocuteur, mets le feu à son esprit, anime tes mots : fais en sorte qu’ils touchent l’autre au plus profond de son être… voilà ce que fait un NINJA CONVERSATIONNEL, voilà ce que TU DOIS FAIRE.

La force du Ninja Conversationnel, c’est de créer une nouvelle réalité. Il est le roi de l’influence, il se dissimule au grand jour et son but, c’est d’obtenir du pouvoir.

Bon, je le reconnais, ma vision est un peu machiavélique.

Détrompe-toi, je cherche juste à créer une image forte dans ton esprit. Est-ce que j’ai toute ton attention ? Bien, poursuivons…

Saupoudrer sa communication d’hypnose conversationnelle ? Challenge accepté !

L’idée de cet article est donc de te parler d’une discipline vaste et passionnante : l’hypnose conversationnelle.

Grâce à l’impact de nos mots, nous allons créer un climat captivant, propice à l’écoute et à l’acceptation…

Nous allons utiliser toute la panoplie d’outils du ninja dans notre communication.

Notre ultime but : créer de l’impact dans nos échanges

Je te livre en exclusivité ma première stratégie de Ninja conversationnel : l’instant Replay !

Mais avant cela, j’aimerais que tu retiennes ceci…

Tu dois avoir un seul objectif à partir de maintenant :

Faire appel aux émotions.

 
C’est elles que tu dois agripper, (comme le ferait un ninja avec son grappin) c’est elles qui te permettront d’établir un rapport puissant avec ta cible.

Mais alors, comment faire appel aux émotions ?

En utilisant ce que j’appelle « le langage des émotions ».

  • Je vais devenir une sonde empathique : je cherche à connaître les sujets qui touche mon interlocuteur

  • Je vais chasser la raison : je n’évoquerai jamais les pensées rationnelles.

  • Je vais utiliser des stratégies qui crée un IMPACT émotionnel.

Ton arme de ninja, c’est donc le grappin émotionnel !

Bon, je me permets de te tutoyer depuis tout à l’heure, ça te va j’espère ? Ça me semble beaucoup plus sympa. Bref, on y retourne…

Émotions et Instant Replay

Les émotions sont indissociables de notre technique : l’Instant Replay.

Nous allons utiliser des sujets de conversations qui vont toucher notre interlocuteur.

Mais alors, quels sujets pourront bien l’intéresser ? Voici quelques pistes (très très trèèès) sérieuses :

  • Les sentiments de l’individu

  • Ses passe-temps/loisirs

  • Ses expériences amoureuses

  • Son enfance/nostalgie

  • Ses peurs/phobies

  • Ses rêves/cauchemars

Tu peux parfaitement construire ta stratégie autour de ces thèmes. Parler boulot ? Non. Parler météo ? Pas la meilleure des stratégies… Les thèmes ci-dessus, eux, sont propices aux émotions.

À partir d’eux, tu es capable de créer le lien. Pour chacun de ses thèmes, des émotions fortes peuvent être évoquées.

Ressens-tu quelque chose si j’évoque ta pire phobie ?

Ressens-tu une vague sensation lorsque je te parle de ton enfance ?

Oui, cela provient de ce que l’on nomme la reviviscence. Ou, dans un terme plus geek, l’Instant Replay.

Le cerveau possède un pouvoir génial. Dans notre cas, il s’agit plutôt d’une faille que nous allons exploiter :

Lorsque l’on fait appel à un sentiment/une émotion,

notre cerveau ne peut s’empêcher de réemprunter le chemin émotionnel pour

REVIVRE la sensation que l’on évoque.

Tu me suis ?

Clairement, si j’évoque avec toi, ce souvenir agréable… tu sais… lorsque tu es tombé amoureux pour la toute première fois… tu te souviens ? On aimerait tous revenir, à un moment donné, à ce moment, où l’on ressent une certaine excitation… quand notre cœur s’emballe… c’est excitant… et terriblement puissant.

Bon, bien sûr, chacun a vécu le premier émoi amoureux à sa manière mais l’idée est là. Le cerveau ne peut s’empêcher de revivre les sensations lorsqu’on évoque un événement.

Voilà pourquoi nous pouvons encore ressentir de la tristesse à l’évocation de la disparition d’un proche. Ou de la joie lorsqu’on se souvient d’un fou rire avec notre meilleur ami.

N’oublie donc JAMAIS : tu as une grande responsabilité. Les mots que tu emploies et les histoires que tu racontes peuvent renvoyer ton interlocuteur vers des instants cruciaux de sa vie, chargés d’émotions.

Certes, le temps permet de diluer le cocktail explosif, les émotions sont moins prenantes. En réalité, plus spécifique tu seras, plus l’émotion sera vive.

Le grappin émotionnel se construit donc autour de 3 piliers :

  • Le questionnement révélateur

« Alors, qu’est-ce que tu as prévu pour ton week-end ? »

« Je me souviens, lorsque j’étais petit(e) (…) et toi ? Comment étais-tu ? »

« En ce moment, je fais un cauchemar (…). Tu te souviens de tes rêves, toi ? »

Évidemment, le contexte joue un rôle important. Tu ne poseras pas ce genre de question de but en blanc, au bout milieu d’un repas… quoique ??

La seconde partie du questionnement permet d’intégrer ton Instant Replay. On commence par un sujet global pour ensuite, enchaîner sur de l’émotionnel.

  • La calibration

La « calibration », c’est tout simplement l’observation minutieuse du comportement d’autrui. Lorsque tu entames ces sujets, observes le comportement de ton interlocuteur :

  • Semble-t-il réceptif à ce sujet ?
  • Cherche-t-il à t’en dire davantage ?
  • Comment repères-tu cela ? Est-ce dans l’intonation de sa voix ? Dans son attitude ?

L’observation est la clé, mon ami…
 

 

  • L’effacement & l’écoute active

À mon sens, c’est une étape cruciale. Apprendre à s’effacer pour observer ce qui se passe, ce que l’autre dit, ce que l’autre exprime. Le ninja conversationnel ne parle pas pour ne rien dire, non. Il est avant tout un observateur aguerri. Il observe les points faibles. Comme dans un combat : il faut observer les mouvements et ouvrir des brèches dans la défense.

C’est une vision tactique du rapport avec autrui ! L’écoute active est donc une arme redoutable, plus tu seras capable de cerner les passions et les peurs de ta cible, plus tu seras capable de renfermer le « piège » sur elle.

  • Quels sont les sujets qui passionnent ton interlocuteur ?
  • Quels sont vos points communs ?
  • Quels sont vos points de divergence ?

Le grappin émotionnel devient redoutable dès lors que tu arrives à retracer le « parcours émotionnel » de ton interlocuteur. En sachant quelles histoires ont marquées sa vie, en connaissant ses routines, ses passe-temps, ses peurs et ses désirs, tu te fraies un chemin vers son cœur… vers son âme.

La philosophie du ninja

Revenons-en à notre questionnement révélateur.

Il est intéressant d’envisager cette stratégie sous forme d’entonnoir.

On commence avec des questions simples :

  • Que fais-tu ce week-end ?
  • Qu’aimes-tu faire de tes jours de repos ?

Puis, peu à peu, nous cherchons à être spécifique :

  • Et tu fais ça régulièrement ?
  • Depuis combien de temps fais-tu cela ?
  • Es-tu passionné par ce genre de chose ?
  • Le faisais-tu lorsque tu étais petit ?
  • Avec qui ?
  • Qu’est-ce que cela te procure ?

Est-ce que tu vois où je veux en venir ? Tout simplement vers les ÉMOTIONS. Plus tu te rapproches de la réalité d’autrui, plus cela sera chargé en émotions.

Dans ton questionnement, n’hésite-pas à utiliser ces 2 mots :

  • Tu

  • Imagine

L’idée est de poser des questions (1) … d’observer (2) … puis de t’effacer et observer, en écoutant attentivement (3) …

Crois-moi. L’arme d’influence la plus importante reste et restera l’observation et l’écoute. Tes sens ne doivent cesser d’être en alerte.

Ce qui est génial dans tout cela, c’est que tu t’intéresses à l’autre. Les gens aiment que l’on s’intéresse à eux, qu’on les valorise, qu’on les considère. N’est-ce pas ?

N’oublie donc pas de glisser un compliment sincère. J’incite sur le « sincère ».

  • Tu as l’air d’être quelqu’un de sportif et qui prend soin d’elle/lui.
  • Tu as le sens de la famille.
  • Tu es quelqu’un d’honnête et authentique, j’apprécie ça.
  • J’aime beaucoup ta vision du monde.

Peu à peu, nous commençons à « capter le monde d’autrui ». Que faut-il faire ensuite ? Réponse dans la seconde stratégie du Ninja Conversationnel !

Et cela, ça se passera dans notre newsletter.

Ciao, j’attends ton retour par commentaire…

Philippe Peytroux

Passionné par la psychologie, l’influence et l’hypnose, je partage mes connaissances sur Influence-Hypnotique.fr. #Auteur du livre Mentalisme En Action #Blogueur et éternel #Optimiste

8 Comments

  1. Yann

    3 novembre 2016 - 20 h 03 min
    Reply

    Très intéressant. Je vais tester en pratique, je tâcherai de noter mes résultats. Merci!

    • Philippe Peytroux

      Philippe Peytroux

      3 novembre 2016 - 22 h 18 min
      Reply

      Super ! J’attends ton retour… 🙂

  2. elhadi

    4 novembre 2016 - 20 h 03 min
    Reply

    excellent article Philippe ! j’aime bien ton style 😉

    • Philippe Peytroux

      4 novembre 2016 - 22 h 18 min
      Reply

      Merci beaucoup elhadi 😊😊 !

  3. Gaetan

    16 novembre 2016 - 21 h 57 min
    Reply

    C’est quelque chose que je connaissais déjà et qui est vraiment une excellente “arme” dans la communication. Mais ça fait du bien de relire tout ça, je me suis laissé emporté dans un laissez-allez de ma vie où je mettais plus rien en pratique. Cette dernière année je me retirais pas pour observer, mais pour être dans “mon monde” alors que j’étais en face de l’autre.
    Merci pour le refresh 🙂

    • Philippe Peytroux

      Philippe Peytroux

      21 novembre 2016 - 14 h 22 min
      Reply

      Avec plaisir Gaetant 🙂

  4. Renaud

    18 avril 2017 - 6 h 58 min
    Reply

    Bonjour Philippe,
    Excellent article, car il est trop rare de trouver de bonnes sources francophones qui parlent d’hypnose conversationnelle. Moi-même utilisant de façon professionnelle l’hypnose conversationnelle, j’apprécie ce genre d’article. Comme vous le faites ici, je communique avec ceux qui veulent apprendre l’hypnose conversationnelle, sur une notion essentielle : la responsabilité et l’utilisation éthique de cette forme d’hypnose hautement stratégique. C’est essentiel. Vous faites bien de le souligner. Belle continuation dans ce que vous faites.

    • Philippe Peytroux

      Philippe Peytroux

      30 avril 2017 - 16 h 29 min
      Reply

      Merci pour le retour Renaud ! Et je viens de découvrir votre site (ton site ? Je me permets de te tutoyer) 🙂

      Je suis pressé de voir la suite pour toi, c’est un sujet passionnant !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *