La Casa De Papel est une série espagnole diffusée sur Netflix, dans laquelle on retrouve le professeur accompagné de braqueurs qui vont réaliser le plus grand casse du siècle.
Pour exécuter son plan donc, le professeur va s’entourer des meilleurs braqueurs du pays : un groupe de malfaiteurs qui n’ont plus rien à perdre.

Cette série m’a scotché et m’a poussé à regarder la première saison en deux jours !

Plusieurs de ces personnages sont très intéressants à analyser, mais c’est vraiment le cerveau de l’opération qui est très intéressant, donc, le professeur, parce qu’il maîtrise son plan du début à la fin.

Et je ne sais pas si vous avez vu la série prison break, mais il me fait énormément penser à Michael Scofield qui est un personnage aussi très intéressant qui maîtrise vraiment son plan du début à la fin.

Donc ce qui est intéressant, en fait, avec le professeur c’est qu’il a toujours un coup d’avance sur les policiers qui cherchent à l’arrêter.
Et donc j’aimerais tirer trois leçons de ce professeur pour avoir un coup d’avance sur ses adversaires.
Et par avance désolé si vous n’avez pas vu la série mais je vais un petit peu vous spoiler ! Et pour tous ceux qui aiment les séries sous-titrées, je suis désolé, mais là, ça va être en Français.

Donc c’est parti : 3 leçons pour avoir un coup d’avance sur les autres.

1) Cerner la psychologie d’autrui

Et c’est sans doute le point le plus important de la série. Son plan est maîtrisé à la fois d’un point de vue technique mais aussi psychologique.

Le professeur est très doué en psychologie et il a parfaitement cerné comment fonctionnent ses collaborateurs mais aussi la police qui cherche à l’arrêter.
Dans l’extrait suivant, on va voir à quel point il a compris la psychologie d’une des braqueuses et à quel point le professeur a été capable de cerner son profil psychologique. (Extrait 2min00-2min19)

Tokyo a donc plusieurs points faibles : elle est recherchée par la police, elle doit fuir et n’a pas d’issue.

Le professeur va justement appuyer sur ce point et bien lui faire comprendre qu’elle n’a aucun moyen de s’échapper – à moins bien entendu de suivront le plan du professeur- mais il va également jouer sur l’orgueil et le narcissisme de Tokyo.

En effet, il va lui proposer le braquage le plus impressionnant de tous les temps, et Tokyo, bien entendu, va vouloir s’impliquer dedans puisqu’elle a un ego surdimensionné mais que forcément, elle souhaite également devenir riche et pouvoir fuir le pays.

Mais ce qui est intéressant aussi, c’est que le professeur a compris comment fonctionne la police.
Il va en jouer comme vous allez le voir dans l’extrait suivant. (Extrait 2min53-3min24)

En fait, il a mis en place ce qu’on appelle la technique du cheval de troie. Les policiers pensent avoir un coup d’avance alors que pas du tout. Et il nous explique justement comment fonctionne la technique du cheval de Troie. (Extrait : 3min33 – 4min03)

2) Être d’une honnêteté et d’une générosité désarmante

Donner l’impression que l’on agit pour le bien-être des autres est un excellent moyen pour avoir un coup d’avance, et dans l’extrait précédent le professeur a utilisé, justement, une stratégie tournée autour de ce principe.

D’ailleurs, tout au long de la première saison, le professeur va jouer sur cette image de bon samaritain, comme dans cet extrait où le professeur entre en contact avec la policière chargée de l’affaire, en lui prêtant son téléphone.

Donc, d’être d’une générosité et d’une honnêteté désarmante permet de faire baisser la garde de ses adversaires et vous permet justement d’avoir un coup d’avance et vous allez voir au fur et à mesure des épisodes que le professeur va réussir à nouer une relation particulière avec la policière qui va finir par baisser sa garde. (Extrait 4min43-5min09)

3) Être insaisissable

Le professeur possède une personnalité multiple. Il est très compliqué de comprendre la manière dont il fonctionne puisque, tel un magicien, il a plusieurs tours dans son sac.

Il détourne l’attention de ses ennemis pour mieux les piéger.

Cela prouve encore une fois qu’il a parfaitement compris la psychologie d’autrui mais ce qui est très intéressant avec ce personnage c’est qu’il est capable d’improviser un plan B rapidement. Même s’ils sont pris au piège, il réussit toujours à se sortir des mauvaises passes.

Dans cet extrait, il réussit à jouer plusieurs personnages pour déjouer les plans de la police. (Extrait 5min40 – 6min25)

Et si vous vous mettez à suivre cette série, vous allez voir que dans un autre extrait, il joue parfaitement le rôle d’un SDF, pour pouvoir échapper à la police, pour effacer les empreintes et prendre la fuite.

En bref, le professeur est insaisissable car il a plusieurs personnalités. Mais le cœur même du braquage est pensé sur une idée et c’est surtout cette idée qui rend le professeur et son équipe insaisissable. (Extrait 6min46-7min49)

Le temps. C’est là, la force de son plan. Le temps joue à l’avantage des braqueurs et défavorise la police. Le professeur maîtrise la psychologie et les enquêteurs tombent dans ses pièges un à un. Même s’il se fait prendre de cours parfois il réussit à avoir des plans b c, voire même D.

Dons concrètement si l’on devait retenir une leçon du professeur, c’est qu’il est capable de maîtriser le temps.

Et encore une fois, on peut voir une corrélation avec le livre de Robert Green : “Les 48 lois du pouvoir” qui est un livre qui permet justement de comprendre comment fonctionne le pouvoir et comment avoir l’ascendant sur autrui.

Voilà ce que je pouvais dire sur cette série. La saison 2 arrive le 6 avril sur Netflix.

Personnellement je n’ai pas téléchargé illégalement (j’espère que vous non plus), donc j’espère que cette vidéo vous a plu, si c’est le cas, laissez un commentaire, un petit j’aime et n’hésitez pas à vous abonner je vous dis, à très bientôt. Salut !

Share:

Attends, tu ne connais pas Fabrice Luchini ? Ok, restes posé, je vais tout t’expliquer.

Fabrice luchini est un des acteurs les plus connus en France. Il est notamment connu pour ses passages à la télévision où il est complètement fou.

Le mec est capable de te retourner un plateau en deux secondes.

Mais il est aussi surtout connu pour le fait de savoir raconter des histoires.

Et c’est sûrement la personne qui est la plus passionnante en France (avec Pierre Bellemare évidemment), pour raconter des histoires.

Et il a cette facilité justement, à capter l’attention des gens et à créer des histoires “impactantes”.

C’est un petit peu le prof de français ou d’histoire-géo qu’on a tous rêvé d’avoir qui est capable de parler d’Elisabeth II pendant deux heures et tu trouves ça passionnant.
Donc concrètement j’aimerais partager avec toi, trois secrets de storytelling par Fabrice Luchini.

Le secret numéro un de Fabrice Luchini, c’est d’être capable de capter l’attention des gens.

Secret N°1 – Capter l’attention

Pour raconter une histoire “impactantes”, il faut savoir capter l’attention. C’est la base. Et on va dire que c’est la chose qui va être la plus importante, c’est un petit peu le pilier central, l’introduction pour raconter tes histoires.

C’est tout d’abord de savoir capter l’attention des gens. Une fois que tu as capté l’attention des gens, il faut la conserver, mais il faut être capable de capter leur intérêt.

Et c’est une des forces principale de Fabrice Luchini, et j’aimerais partager avec toi trois techniques qu’il utilise justement, pour capter l’attention des gens.

Technique numéro 1, il va tutoyer.

Ça paraît complètement débile dit comme ça mais le fait de tutoyer les gens, ça va créer une forme de proximité avec eux, et c’est comme ça que tu vas instaurer un contact avec eux.
Comme tu vas le voir dans les extraits suivants, Luchini va tutoyer les gens pour créer un lien de complicité. (Extrait 1min26-2min24)

Et comme tu le vois dans le dernier extrait, ça ne marche pas toujours. Il y a des gens qui n’aiment pas trop forcément qu’on les tutoie, mais c’est une bonne manière de créer un lien de complicité avec les gens et de faire en sorte de capter leur intérêt.

La deuxième technique qu’il utilise, c’est de complimenter ou de tourner les gens à la dérision.

C’est très important de flatter l’égo ou un petit peu appuyer sur l’ego des gens. Et Fabrice Luchini le fait tout le temps – c’est à dire qu’il va s’amuser à valoriser ou dévaloriser les gens.
C’est aussi une bonne manière de capter leur attention parce que, forcément, en tant qu’être humain, on aime quand les gens parlent de nous ou alors qu’on utilise des sujets qui font référence à notre propre expérience.

Comme tu vas le voir dans les extraits suivants donc, Luchini va s’amuser à dévaloriser ou à complimenter ses interlocuteurs. (Extraits 3min02-4min57)

Donc le fait de complimenter et de dévaloriser ses interlocuteurs, permet de flatter leur ego et de valoriser leur personne. Donc c’est une bonne introduction, pour justement ensuite créer du storytelling impactant.

Il faut absolument que tu parles de tes interlocuteurs et que tu les valorises ou que tu fasses appel à leur égo. Une fois que c’est fait, Luchini va utiliser des mots impactant -ce qu’on appelle des hot words.

Et c’est la troisième technique : Utiliser des mots à fort impact émotionnel.

Dans les extraits suivants, tu vas voir que Luchini utilise des mots à fort impact émotionnel.
(Extraits 5min28-6min55).

Donc, concrètement si tu veux raconter des histoires passionnantes, du storytelling percutant, il faut absolument capter l’attention des gens :

– Tu peux les tutoyer pour créer un rapport de complicité.
– Tu peux ensuite flatter leur ego ou les dévaloriser pour justement capter leur intérêt.
– Et ensuite, tu peux utiliser des mots impactants pour renforcer ton storytelling.

Et là, on va rentrer plus dans le vif du sujet avec le secret numéro 2 qui est de jouer ses personnages.

Secret N°2 – Jouer ses personnages

Une fois que tu as capté l’attention, tu peux instaurer ton storytelling. Et Luchini est très fort pour ça, c’est qu’il va interpréter ses personnages.

Comme tu vas le voir, c’est une personne qui est capable d’observer les gens. Et à chaque fois qu’il va raconter une histoire, il va le faire en jouant les personnages qu’il raconte.

Et ça, c’est une des forces qu’il faut absolument garder en tête :

C’est d’être capable de rentrer dans tes personnages pour raconter des histoires.

Et c’est hyper important en storytelling.

C’est une manière de faire vivre la scène de l’intérieur, de faire visualiser, de faire entendre ton personnage aux gens à qui tu racontes.
Je te laisse découvrir ces extraits où, justement, Luchini joue ses personnages. (Extrait 7min49-8min43)

Et enfin, pour englober le tout, Luchini va utiliser un troisième secret :

Secret N° 3 – Il conte ses histoires avec un rythme particulier

Dans l’extrait suivant que je vais te laisser en intégralité, tu vas voir qu’il est capable de changer de rythme, d’intonation, de volume quand il raconte une histoire.
Et ça c’est quelque chose qu’il a forcément beaucoup travaillé puisque c’est un comédien qui fait ça depuis plus de 30 ans : il est capable en fait, de changer de rythme, de laisser des blancs pour justement impacter sa communication. (Extrait : 9min09 – 10min41)

Et quelque chose à noter aussi chez Luchini, c’est qu’il a créé un personnage. C’est à dire qu’il ne faut pas chercher forcément à l’imiter, mais tu peux t’amuser à utiliser ces techniques pour impacter ta communication.

Le Storytelling, c’est un art forcément, il y a beaucoup de choses à apprendre avant de maîtriser l’art de raconter des histoires, mais si tu utilises ces trois secrets, crois-moi que tu seras capable justement de raconter des histoires qui seront passionnantes.

Donc si vous voulez que votre storytelling soit efficace, ne changez pas, utilisez juste ces techniques, apprenez à comprendre vos qualités et à les amplifier.
C’est tout pour aujourd’hui ! Salut à tous, merci !

 

Share: