Nouveau ? Obtenez vos 7 livres sur l'intelligence sociale (gratuitement)

Comment éviter les blancs dans une conversation

Par Philippe

– Salut.

– Salut !

– Tu vas bien ?

– Ouais et toi ?

– Ouais, ça va.

– …

– Une fois, je suis déjà allé à Disneyland.

Comment maintenir la conversation à flot et éviter les blancs dans la conversation ?

Je sais que c’est un truc qui est super compliqué, surtout quand on manque de confiance en soi. On a peur de ces moments de gêne ou genre, on ne sait plus quoi dire à la personne.

Les 3 astuces de Sioux que je vais te donner vont te permettre d’éviter ça et de maintenir la conversation à flot et d’éviter les moments gênants (et les blancs).

Astuce N°1 pour éviter les blancs dans la conversation : utiliser l’acronyme FORD et le 3QOCP

La première astuce, c’est ce que j’appelle l’acronyme FORD et le 3QOCP. J’attends tes blagues par commentaires… En gros, l’acronyme FORD, cela veut dire :

Famille, Occupation, Remémoration, Désir.

Ça, c’est un truc que je dévoile souvent.

C’est à dire que quand tu arrives quelque part, tu dois obtenir le maximum d’informations qui vont intéresser la personne.

Famille : Par exemple, tu arrives en soirée, tu parles avec quelqu’un…

Demande lui : QUI est ce qu’il connait dans la soirée ?

Est-ce qu’il est avec des cousins et cousines, son pote ?

Est ce que vous avez des amis en commun autour ?

Occupation : Qu’est ce qu’il aime faire le week end ?

Quelles sont ses activités en dehors du boulot ?

Est ce que c’est un sportif ? Est ce que c’est un geek ?

Est ce qu’il adore le bricolage ?

Bref, essaye de comprendre un peu ce qu’il aime faire, quelles sont ses passions au quotidien ?

Le R de remémoration : c’est tout simplement de savoir qu’est ce qu’il aimait faire quand il était jeune.

Est ce que, par exemple, il vient de la région ?

Est ce que, justement, il préférerait retourner où il était avant ?

Quels sont ses souvenirs d’enfance ? Bref, essaye de comprendre un peu comment a grandi cette personne, essaye de comprendre vraiment son univers et fais référence à la nostalgie, notamment.

Et enfin, Désir : est ce que cette personne veut partir de la région dans les 5 prochaines années ?

Quels sont ses rêves et ce qu’il a envie d’investir, par exemple ?

Est ce qu’il a des ambitions de travail ? Est-ce qu’il a des ambitions personnelles ?

Par exemple, avoir des enfants ? J’en sais rien.

Bref, en ayant ces quatre sujets de conversation en tête, tu vas vraiment pouvoir récolter un maximum d’informations qui vont surtout toucher la personne qui vont l’intéresser.

Donc, dès que tu arrives quelque part, essaye de scanner cette personne en fonction de ses quatre sujets de conversation.

Et l’autre astuce que je te conseille, c’est d’utiliser ce qu’on appelle les 3QOCP : quand, qui, quoi ou pourquoi, comment?

L’idée, c’est de faire en sorte que la personne ne puisse pas répondre par oui ou par non.

Le 3QOCP, ça permet d’avoir des réponses ouvertes.

Astuce N°2 pour éviter les blancs dans la conversation : la loi de Cunningham.

Maintenant, la deuxième astuce, c’est ce qu’on appelle la loi de Cunningham.

Retiens juste cette phrase : le meilleur moyen d’obtenir la bonne réponse, ce n’est pas de poser la bonne question, mais de donner une mauvaise réponse.

Je m’explique.

Imaginons que tu arrives devant une esthéticienne.

Si tu lui dis des trucs du genre : « est ce que c’est vrai que les esthéticiennes, parfois, voient des trucs dégueulasse ? »

Bon, ça, on peut s’en douter, quoi !

Par contre, si tu lui dis un truc du genre :

« Est ce que c’est vrai que les esthéticiennes gagnent 2300 euros par mois ? »

Là, tu pars avec un postulat qui est faux, qui est basé sur rien.

Mais du coup, ça va pousser la personne en face de toi à argumenter.

Alors non, pas du tout.

Les esthéticiennes, ça peut gagner entre 1300 1800 euros, mais pas plus ! Parce que… »

Et là, la personne va argumenter…

Donc, ça, c’est une petite astuce qui est très simple à mettre en place.

Si quelqu’un te parle d’un sujet de conversation, pars avec quelque chose qui est complètement faux et ça va l’inviter à argumenter !

Surtout que ça va l’inviter à argumenter sur quelque chose que la personne aime, quelque chose qui le passionne, quelque chose qu’il a vécu.

Ça va être un bon moyen de maintenir la conversation.

Astuce numéro 3 pour éviter les blancs dans la conversation : la phrase magique

Utiliser la phrase suivante : « Qu’est ce que tu me conseillerais ? »

Tu discutes avec la personne, tu discutes avec la personne de ses passions.

Imaginons que c’est un joueur de foot, ok ?

Bon, même si tu n’es pas forcément passionné par le foot, joue le jeu et dis-lui un truc du genre :

« Imaginons, je suis un nouveau joueur de foot. Qu’est ce que tu me conseillerais comme équipement pour commencer ? »

À partir de là, étant donné que tu invites la personne à argumenter sur ce qu’il aime. Et en plus, tu lui demande un conseil : donc ça va flatter son égo.

De cette manière, ton interlocuteur va beaucoup plus se dévoiler et va kiffer le fait de te dévoiler ses secrets.

« Si tu commences le foot, le mieux, c’est d’avoir des bons crampons. Viens, je te montre ! »

Bref, c’était mes trois conseils pour maintenir la conversation avec quelqu’un et éviter les blancs. N’hésite pas à aller dans la bio. Je te donne un accès à ma formation en Small talk.

C’est une formation qui te permet de maintenir la conversation avec quelqu’un, de créer une vraie complicité, mais surtout d’avoir des sujets de conversation passionnants et de devenir un roi de la tchatche.

 

 

Partager:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on pinterest
Pinterest
Share on linkedin
LinkedIn
Lead Kit Social
Vous êtes nouveau ? Obtenez vos 7 livres sur l'intelligence sociale (gratuitement)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires :